26 Comments

  1. Ouch ! Il est grand temps de faire quelque chose. En parler, le réaliser, c’est déjà un pas. Est-ce qu’il n’y aurait pas une assistante maternelle qui pourrait prendre tes enfants à défaut de la crèche ????
    J’ai envie de te serrer fort dans mes bras et t’enlever pour que tu puisses respirer un peu…

    • La maman de Crapaud

      Merci beaucoup ! Nous déménageons dans moins d’un mois, ça ne vaut plus le coup. Pour la rentrée, il nous faudra un mode de garde 2jours par semaine pour Lutin. Il faut que je me renseigne sur ce qui est possible pour elle.

      • ça vaut toujours le coup et pour le bien de tout le monde. Vous pouvez très bien trouver une assistante maternelle qui a vide entre 2 contrats et qu’un petit contrat arrangerait autant que vous ou alors pourquoi pas une baby sitter ? l’avantage c’est elle qui vient à la maison, et comme c’est pour une courte durée,, c’est moins difficile pour l’adaptation des enfants. Bon par contre, c’est vous qui êtes mise à la porte du coup, pas de série télé et la sieste c’est en extérieur 😀
        Sinon autre solution, un lieu accueil parent enfant (si ça existe près de chez vous)… bien sûr il y aura d’autres enfants, mais il y a aussi et surtout des adultes, ça fait toujours du bien de sortir de sa routine et de rencontrer du monde. En tous cas, je vous souhaite de reprendre du plaisir dans votre rôle de maman.

        • La maman de Crapaud

          Je vais regarder les lieux d’accueil parent-enfant, ça peut être une bonne idée oui. Pour la nounou, on y a pensé. J’avoue que ma 1re idée est la collectivité, mais à défaut, on se repliera sur ce choix. Entre temps, nous avons reçu un avis positif de la crèche pour une journée par semaine pour Lutin dès la rentrée de septembre. Ne travaillant pas, je ne peux demander plus. Je verrai à la rentrée, entre Crapaud à l’école et cette journée peut-être que ce sera suffisant, si j’ai besoin de trouver une autre solution ou pas.
          Merci beaucoup pour ces idées en tout cas.

  2. Bouh ton texte me replonge dans les périodes les plus sombres de ma vie, ça me fait mal de te lire, de te savoir si mal et de rien pouvoir faire pour toi… je sais que te dire qu’on peut en sortir, que je m’en suis sortie n’arrangera rien à ta peine, j’aimerais pourtant t’aider à te raccrocher à cet espoir et à trouver la porte de sortie de ce bourbier…
    Je t’embrasse fort fort, tu sais que je suis là si tu as besoin de parler

    • La maman de Crapaud

      Quand je vois comme tu t’en sors comme une chef désormais, c’est pas rien. Nos DM sont comme un week-end en dose infime 🙂 Un milliards de mercis et de bisous d’être là <3

  3. Anaelle

    … Me voilà muette, c’est pas souvent. Je ne sais pas si cet état est le lot de tous les parents qui ne peuvent s’appuyer sur leur famille pour se décharger un peu.
    Je veux bien te les prendre une journée tes canailles, mais Bordeaux ça fait sans doute un peu loin…
    La varicelle est un mystère, dans les textes c’est marqué qu’il n’y a plus d’éviction, mais ni l’école ni la crèche n’ont voulu prendre les miens quand ils l’avaient. La crèche je comprends, mon fils avait à peine 6 mois, c’est vraiment petit et il risquait de contaminer des bébés encore plus petits dans sa section. Par contre ma fille il y avait une petite quinzaine de cas en même temps qu’elle dans sa classe, et le reste des enfants ne l’avait pas ca ils l’avaient déjà eue, donc bon… Et je ne suis pas une mère indigne qui veut à tout prix se débarrasser de sa fille, mais elle était hyper en forme et s’est ennuyée toute la semaine à la maison.

    Je te souhaite beaucoup de courage, si tu as besoin d’une oreille neutre et bienveillante pour papoter, je suis dispo.

    • La maman de Crapaud

      J’en ai appris une très bonne concernant la varicelle : notre doc (qui le doc référent de la HG) a défini un protocole sans éviction. Donc pourquoi ma fille qui allait très bien (pas de fièvre, en forme, elle mangeait, dormait normalement) a eu une éviction de 7 jours ? Surtout que cette semaine là, je devais avoir 2 jours sans canaille. Notre médecin sachant très bien que je ne vais pas bien.
      Bref, je l’ai un peu mauvaise pour ça.
      Et sinon, je te remercie beaucoup. On se rapproche de toi en emménageant en Charente-Maritime. Bordeaux reste pas tout près non plus.

      • Anaelle

        Vu que tu t’en vas bientôt, tu pourras lui poser la question(je veux dire, si tu te fâches avec lui, vu que tu pars, c’est pas grave). C’est sûr que la Charente-Maritime c’est plus près, pour avoir toute ma famille dans le Finistère, plus ça va, plus je trouve que la Bretgane, quand il faut y aller, c’est vraiment le bout du monde ! On fera une halte à La Rochelle cet été, pour visiter l’aquarium, je connais pas du tout cette ville.

  4. Tu sais que je comprends ce que tu ressens. Ouistiti a été dans l’hyper-sollicitation pendant deux ans.
    Ca a commencé à aller mieux quand il a été à la garderie, mais deux après-midis par semaine au debut ont vite pas été suffisantes.
    Depuis septembre, il y va 3 fois et pour terminer l’année j’ai pu avoir un quatrième créneau.
    Ça me laisse du temps mais ça ne résout pas tout car les jours à 100% usent plus vite que ceux de garderie qui requinquent.
    Je ne fais que de te donner mon impression personnelle (et tu en fais ce que tu en veux ^^) : ce qui m’a vraiment aidé, c’est une aide extérieure. J’avais besoin de quelqu’un qui me comprenne sans jugement et dont l’écoute soit active.
    J’ai trouvé cette oreille attentive avec l’hapto qui nous a aidé pour le sommeil, mais aussi pour moi et mon rôle de Maman très sollicitée qui voulait répondre au maximum à son enfant en finissant par s’oublier totalement.
    Depuis je vais mieux, Ouistiti est moins pile électrique. Les journées sont intenses mais j’arrive à avoir des breaks car maintenant il s’occupe seul (il a grandi aussi).
    Ne reste pas toute seule sans aide, ca bouffe trop vite.
    Si tu veux en parler, tu me bipes.
    Plein de bisous Poulette <3

  5. J’aimerai tellement pouvoir te charger, j’aimerai tellement te dire « viens, prend toi une journée, la semaine, 1 Mois, je vais les gérer et tu pourras enfin respirer ».
    Je ne sais pas combien de temps ça va prendre, mais tout ce que je sais c’est qu’au bout du tunnel (même si il est très long) il y a toujours de la lumière, TOUJOURS. Il faut juste tenir le coup, prendre encore et encore et encore sur soi, c’est dur, ça fait mal, on a plus envie, on a juste pas envie de tout ça mais il le faut car au fond, la bas, à l’autre bout de toute cette merde, il y a du soleil, il y a du repos, il y a des sourires, il y a la vie <3 !
    Des gros bisous madame, j'aimerai tellement pouvoir faire plus, si tu savais.

  6. Oulala, c’est pas bon du tout ce que je lis ! :-/ En même temps, je te comprends puisque moi, ça ne fait « que » 3 semaines que je suis H24 avec petit paquet et je n’en peux plus… Mon seul moment de répit : la sieste et le soir quand elle est couchée. Je me reconnais aussi dans ce que tu écris mais moi je n’en ai qu’une… Pas de place à la halte-garderie mais as-tu cherché du côté des assistantes maternelles, des gardes partagées et de la crèche (je suppose que oui…) ?
    Et ton homme, il ne peut pas te libérer plus que 2 soirées par semaine pour tu puisses souffler ?
    Dans tous les cas, courage ! <3

    • La maman de Crapaud

      Vu que nous déménageons bientôt, ça ne sert à rien de chercher pour ici. Je regarderai pour La Rochelle quand on y sera. Nous n’avons toujours pas de date de déménagement, difficile de prévoir quoi que ce soit.
      Mon mec pète pas la forme non plus. Je cours 2 fois par semaine, et essaie d’aller sur Paris une fois par mois. Mais ça ne suffit pas à atténuer la fatigue des autres journées.
      3 semaines peuvent suffire à te fatiguer. Ici c’est surtout depuis la varicelle que ça redevient difficile car je n’ai plus une seule journée seule.
      Beaucoup de courage à toi aussi ! La vie d’expat ça doit pas être évident non plus.

  7. Je sais exactement ce que tu ressens. Il y a quelques mois j’y suis passée par là !! je me suis tournée vers une ass mat qui acceptait le mien temps. Du coup j’ai quelques heures par semaines pour moi pour mes rdv sans enfants pour bloguer ou même me reposer . Ça coûte cher mais c’était la seule solution. Au début je culpabilisais mais c’était devenue vital surtout avec un bébé et un autre tout le temps malade !
    Essaye de te faire aider par des amies de la famille ton mari …. Au moins le temps de déménager. ! Courage !!! Tiens le coup !!!

  8. Ness

    Bonjour, je me reconnais tellement dans votre description. Mes filles ressentent mon mal être, surtout l’aînée de 4 ans. Elle pleure beaucoup, pour chaque refus de ma part, chaque frustration, chaque conflit avec sa petite soeur.tout les jours en rentrant de la maternelle, elle pleure parce qu’elle ne supporte pas que sa petite soeur reste avec maman. Elle me reproche de ne pas jouer avec elle, de ne pas lui sourire, mais j’en suis incapable. Elles sont avec moi tout le temps mais je les fuis, je les évite. Je veux faire le ménage, à manger, regarder ma page fb mais je veux surtout pas m’en occuper…
    J’attends avec impatience septembre, elles irons toutes les deux à la maternelle, je me surprends à faire des projets, à essayer d’organiser mes journées sans elles… Mais en attendant je suis une maman absente.

    • La maman de Crapaud

      Merci beaucoup pour ton (allez on se dit « tu ») témoignage qui m’a beaucoup émue tellement il résonne en moi. Je voudrais profiter d’eux tant que nous ne sommes que tous les trois, pour ne pas regretter d’être passée à côté de toute cette période de leur vie. Malheureusement la réalité est toute autre. Je passe à côté, je compte les jours jusqu’à la rentrée.

  9. Mansour

    Je suis exactement dans le meme cas avec mes filles de douze ans un an et deux ans en ce moment,maman solo,aucun soutien je suis a cran,plus gout a rien plus de temps pour moi,courage a nous ca finira bien par s’arranger!!!

    • La maman de Crapaud

      J’espère que tu trouveras le moyen de souffler en confiant 1 ou 2 enfants à de la famille ou centre aéré pour quelques temps. Je ne suis pas solo, j’ai cette chance, mais nous allons mal tous les deux, donc pas facile de se redresser dans ces conditions. Je te souhaite beaucoup de courage surtout !

  10. Alex38

    Coucou!!

    Ton article est un tel réconfort…Maman de deux petits gars, l’un de trois ans, l’autre de presque huit mois, je suis au bord de la crise de nerfs.

    J’ai plus de patience, mon premier est terrible en ce moment, têtu, n’écoute pas, hurle sans s’arrêter dés qu’il est frustré, grondé, fatigué, parfois pour rien, doit être surveillé comme le lait sur le feu sinon grosses bêtises en perspective malgré les avertissements récurrents, se lève 20 fois le soir après avoir été couché. Son petit frère, un amour, gracieux à souhait, quand il ne hurle pas parce qu’il veut les bras de maman. Pour rajouter à çà, il ne s’endort qu’au sein ou en étant bercé sauf si monsieur est en poussette ou voiture, sans compter qu’il ne veut ni sucette ni biberon malgré de multiples essais et pour couronner le tout, se réveille une à deux fois par nuit pour téter par habitude surement.Je veux le sevrer car je suis fatiguée mais je ne trouve pas de solution alternative à l’allaitement pour l’instant sachant qu’il a un fort besoin de succion.

    Et mon homme dans tout cela??Et bien il n’est présent que pour jouer avec eux, crier par ci par là mais c’est tout. Il fuit la maison et ses responsabilités et moi, je me sens terriblement seule et dépassée, fatiguée, en proie à des pensées pas franchement joyeuses et l’impression que mon couple part en lambeaux. Il y a mes enfants et moi d’un côté et mon conjoint qui mène sa vie de l’autre. Je ne peux malheureusement pas trop compter sur lui pour me soulager de ce quotidien qui me pèse et lui demander un minimum de compréhension…Faudrait-il qu’il en ait un tant soit peu. La dernière fois que nous avons discuté de mes difficultés, sa réponse a été de me dire « Fallait pas faire des enfants dans ces cas là… »

    J’aime mes enfants, viscéralement, mais j’en peux plus clairement. J’ai besoin de souffler. J’ai inscrit mon fils aîné au centre de loisirs le mercredi après midi, cela me fait du bien, en attendant qu’il rentre à l’école. Ma belle mère me les garde de temps en temps mais pas suffisamment parce que je ne veux pas trop en demander et puis, c’est une femme très active mais c’est la seule qui est là, n’ayant plus mes parents et le reste de ma famille n’habitant pas la même région.

    Le plus paradoxal, c’est que j’ai peur de les laisser à quelqu’un, qu’ils ne soient pas bien avec les personnes à qui je les confis ou qu’il leur arrive quelque chose. Quand ils sont pas là, ils me manquent, j’ai hâte de les voir et si je les laisse une nuit, je vais avoir le cafard toute la soirée et je vais me dépêcher de les récupérer le lendemain.

    Merci de m’avoir lu, çà fait du bien de se lâcher un peu…

    Bon courage à toutes qui traversez ces difficiles moments, vous n’êtes malheureusement pas seules…

Laisse moi un petit mot ici :