13 Comments

  1. Pour le sommeil, je peux te donner la piste d’Aude Becquart. On l’a testée pour LittlePirate et c’était top. On la rappellera sans doute pour TinyFairy si elle continue sur sa lancée (alors qu’elle dormait parfaitement, argh). Pour le reste… J’ai eu la chance d’avoir ma grande à l’école quand mon deuz est né donc on avait nos journées en tête à tête. Idem pour TinyFairy. Elle est née fin juin donc les nains ont rapidement été en vacances. Mais mes parents les ont pris un peu en Bretagne et MonsieurChéri a été en congé pater avant puis vacances après… Après, oui le second a souvent tendance à crier pour se faire entendre. Et pourtant le nôtre a toujours réussi à obtenir ce qu’il voulait de nous (enfin souvent) tellement il est têtu, la grande a dû lui céder régulièrement et il n’a pas manqué d’attentions…
    Tes enfants sont encore petits… Quand ils vont grandir ce sera plus facile de leur consacrer du temps à tour de rôle et de faire des activités/sorties différentes avec chacun. Et pour vos familles, il faut peut-être carrément demander. Demander s’ils peuvent prendre les enfants un week-end pour que vous vous reposiez/retrouviez. En prendre 1 seul pour passer du temps avec l’autre. Enfin… S’ils ne sont pas trop loin géographiquement !!!

  2. Claire

    Oh, comme je te comprends, comme je partage ce que tu écris…
    C’est tellement difficile d’avancer normalement avec autant de fatigue. Et cette impression d’en délaisser un pour s’occuper de l’autre, ça fait tellement mal à nos cœurs de mamans (parce qu’on met peut-être la barre trop haute ?).
    J’aimerais te dire que ça va passer, qu’elle va dormir, que tu vas te reposer, mais je ne peux rien te promettre (dixit la nana dont la fille a dormi 3 nuits complètes en 18 mois:-().
    Alors je te dirai juste que tu n’es pas seule, et que tu sembles avoir un chéri en or, et un Crapaud trop mignon !

  3. C’est dur de lire tes mots car ils me font terriblement écho. Est-ce le fait d’avoir des enfants rapprochés? Je ne sais pas…
    Je peux juste te rassurer (à moitié) : un jour, vous vous coucherez sans avoir cette boule au ventre, sans vous demander quand et comment vous allez vous réveiller… Vous pourrez passer des journées juste en « supervisant » et en appréciant 2 enfants autonomes qui jouent ensemble ou chacun dans leur coin. C’est un énorme bonheur de les voir grandir quand on a vraiment galéré comme ça.
    Par contre pour la culpabilité, j’ai pas trouvé de solution 🙁
    J’ai tellement connu ce désarroi que j’aimerais être près de toi, te garder tes canailles et te dire « vas-y, souffle, fais ce que tu veux, pars recharger less batteries, je gère ». Ou embarquer tout ce petit monde pour aller au parc et laisser les crapouillots jouer avec Crapaud.
    De loin je pense fort à toi, je sais à quel point c’est difficile, on n’en sort pas indemne mais on en sort. Vous vous rapprochez chaque jour un peu plus de moments plus faciles, même les jours sombres. Gros bisous à vous 4.

  4. J’ai l’impression d’avoir eu le même parcours avec mes 2 enfants. On a réussi à positiver après les grandes vacances (peut-être parce qu’on a lâché prise aussi) alors que P ne faisait toujours pas ses nuits à 1 ab et 1/2. À 1 , 2 ou 3 réveils par nuits aléatoires dans les horaires sinon c’est pas drole, c’est juste l’enfer.
    Courage, ici il fait déjà qq nuits par semaines à presque 2 ans. Et notre complicité lui et moi est juste magique alors que j’ai le même démarrage !
    Bonne survie <3

  5. Tu n’es pas une mauvaise maman, sinon tu ne te poserais pas autant de questions.
    Cette attention incessante qu’elle réclame, tu sais que je la connais bien. A regarder en arrière, je me dis que c’était plus simple pour moi car je n’avais pas un autre Bout’Chou qui demande qu’on s’occupe de lui.
    On commence à sortir doucement, mais je l’espère sûrement, des nuits pourries ( plus qu’un seul réveil au lieu de 4 #youpi), et il nous reste « juste » l’endormissement à solutionner.
    Quand j’avais la tête dans le guidon, je désespérai de cette situation qui n’en finissait pas. Mais je t’assure qu’on en vient à bout. Par contre, je ne peux pas te dire au bout de combien de temps… Aucun enfant n’est pas pareil #ToussaToussa
    Ici, ça a mis un peu plus de deux ans et tout n’est pas encore réglé.
    Je vais invoqué mon Marabout pour que Lutin prenne moins son temps.
    Et surtout, surtout tant que ça reste ainsi, prends tout ce qui est à ta disposition pour te soulager (ne donne plus de coups de coude à vos familles, hurle leur que vous n’en pouvez plus. Qui sait, ils sont peut être bigleux et sourds…)
    Courage ma Jolie, le meilleur n’est pas loin <3

  6. Anaelle

    La fatigue n’est pas une excuse…mais quand même un peu. Peut-être que les jours où Lutin râle ou pleure plus sont des jours où tu es plus fatiguée ? Dans ces moment-là on est moins apte à entendre les cris, et les enfants sentant notre état râlent plus.
    Tu n’es sans doute pas une mère parfaite- heureusement ! ;)-mais à travers ce que tu montres sur ton blog on voit que tu es aimante, investie, en recherche d’activités pour tes enfants. Vous faites beaucoup de choses ensemble
    et tout ça ce n’est que du positif pour Lutin.
    C’est beaucoup de travail deux enfants rapprochés, c’est normal je pense d’être fatiguée et les nuits hâchées nous achèvent (là je parle en connaissance de cause…).
    Continue de voir du monde quand tu peux, continue d’essayer d’être la mère que tu voudrais être. Cette petite fille n’est pas malheureuse, ça se voit sur les photos, même floutées.
    Bon courage !

  7. Amandine

    Mon dieu… Je me sentais si seule à ressentir toutes ces choses avant de lire tout ça. Je regarde ma deuxième sans cesse en me demandant ce que j’ai loupé. Elle me réclame sans cesse, je n’ai pas une seconde à moi, je n’ai jamais eu l’impression de laisser l’un ou l’autre mais, je comprends un peu, maintenant. Ce n’est pas tant le temps passé avec eux mais la qualité du temps passé avec eux qu’il faut que je change. J’ai sans cesse l’impression d’avoir des enfants qui en demandent trop. Et je le vois, au quotidien, avec mes proches qui ont eux aussi l’impression que mes enfants en demandent trop. Je suis perdue, j’asphyxie parfois, mais je les aime, je ne changerais la situation pour rien au monde.

  8. J’ai TELLEMENT eu si souvent l’impression d’être une mauvaise mère pour cet enfant qui passait du rire aux hurlements sans que je réussisse à la calmer… J’en venais à flipper de sortir en public de peur d’une crise de hurlements ingérable. (#FuckingReflux, in fine)
    Je regrette maintenant de ne pas avoir su passer la main plus souvent pour m’accorder quelques pauses.
    Mais finalement, comme souvent, c’était une phase, aujourd’hui j’ai une petite deuzan espiègle, curieuse, sensible et clownesque, une vraie pipelette lumineuse, et cette période me paraît bien loin.
    Garde confiance en ta capacité à être sa maman, et crois bien que tu fais probablement le maximum ! (Et j’espère que Saint Inexium apportera un apaisement durable!)

  9. Coucou ! Je découvre ton blog que je dévore depuis quelques jours… et parfois j’ai l’impression que tu racontes … ma vie. Surtout dans ta relation avec Lutin. Ta Lutin et ma BébéCha ont 1 jour de différence si j’ai bien compris (la mienne est du 26/02/2015).
    Et j’ai également énormément de mal à la comprendre. La communication est très difficile avec elle. Tellement plus difficile qu’avec sa grande soeur de 3 ans et demi. J’ai la même sensation que toi : toujours l’impression d’être en sursis, de marcher sur un fil. Au quotidien, tout n’est que chouinage, pleurs, cris, grèves de sieste… à tel point que je vois arriver les week-ends la boule au ventre. Je n’attends qu’une chose, parfois : le lundi matin. Pour retrouver ma bouffée d’oxygène : mon boulot. C’est dingue et triste à la fois hein… Ma bouffée d’oxygène, ça devrait être elle et sa soeur…
    Et pourtant, BébéCha n’a rien (médicalement parlant). Elle est juste très sensible, très demandeuse, très intense dans toutes ses réactions. Et très accrochée à moi. Rien qu’à moi. C’est gratifiant mais usant. J’ai un caractère tellement indépendant que cela me pèse parfois (beaucoup). Il me tarde qu’elle parle, j’espère qu’on pourra mieux communiquer, qu’on pourra se construire une vraie relation plus paisible toutes les deux. En attendant, je cherche, je creuse, mais je ne trouve pas : son caractère ? sa position de 2e ? notre relation quasi exclusive des 3 premiers mois ? un premier enfant trop facile ?
    Je te comprends tellement. Et j’espère que l’une comme l’autre, on arrivera à comprendre nos petites louloutes un jour 🙂
    Gros bisous de Belgique !

    • La maman de Crapaud

      Merci beaucoup pour ton témoignage ! En effet, nos puces ont un jour d’écart 🙂 Pour la communication, ça s’améliore vaguement. Elle nous montre davantage ce qu’elle veut, où elle veut aller, ça simplifie pas mal les choses. Ce qu’il faudrait que l’on fasse (depuis le temps que je le dis), c’est le langage des signes adapté aux bébés. J’ai un bouquin là-dessus. Je ne sais pas si tu as déjà essayé. Comme tu disais nos vies sont pas mal de similitudes. Je te souhaite de trouver quelque chose pour apaiser tout ça. Tiens moi au courant surtout.

  10. La Chouette

    Bonjour, moi c’est ma grande qui est (était ? ) comme ça. J’ai fini par comprendre que ça n’a rien à voir avec nous, c’est sa personnalité. Mais c’est fatiguant à gérer. Et culpabilisant. On s’est quand même rendu compte qu’elle avait un problème d’audition, ce qui explique en partie son « agitation ». Ca serait peut-être à vérifier pour ta Lutin ? Bon courage.

Laisse moi un petit mot ici :